Kudankulam - l'Inde double sa capacité nucléaire

A l'heure où Anne Lauvergeon sort en France un plaidoyer pour une stratégie nationale sur l'énergie et promeut une combinaison de sources propres partagées entre le renouvelable et le nucléaire propre, l'Inde s'apprête à mettre en route, au sud du Tamil Nadu, une centrale nucléaire de 2GW.

 

Lire la suite : Kudankulam - l'Inde double sa capacité nucléaire

Deux tres bonnes listes

Je dois vous avouer quelque chose. J'écris de moins en moins sur ce blog, pour de bonnes et pour de mauvaises raisons. Les mauvaises sont propres à tous les rédacteurs de blog, je ne m'étends pas !

Les bonnes c'est que le niveau d'information des listes de diffusion sur les énergies renouvelables en Inde est devenu extrêmement bon et régulier. Je recommande en particulier à tous ceux que le thème intéresse de s'abonner aux listes de Panchabuta et de notre partenaire EAI

Des newsletters quotidiennes, simples et complètes. Avec un peu de Green World Investor et la lettre plus "généralistes de l'Indian Brand Equity Foundation, vous devriez être parés pour organiser votre veille !

Je reconnais que ceci n'est qu'une demi excuse et que notre travail quotidien avec nos clients est l'occasion de découvertes et d'analyses que nous devrions partager davantage ! Alors n'hésitez pas, appelez-nous, contactez nous et nous serons toujours heureux d'échanger !

Et si les champions français étaient des PME solaires ?

A l'heure où la France s'interroge sur son mix énergétique, où le Monde se fait l'écho des craintes sur les capacités des champions nationaux historiques à remporter des victoires à l'export, je suis étonné de constater du très faible écho fait aux récents succès du solaire français en Inde.

Le mois de décembre a commencé par un MOU intéressant qui permet à Ciel et Terre et Techsub de disposer d'un partenaire indien de référence pour la diffusion de leurs centrales solaires flottantes. Une mission de l'organisation européenne EBTC a été l'occasion pour eux de concrétiser un accord avec ENZEN. L'info complète et les liens sont à lire dans leur communiqué de presse.

Quelques jours plus tard, c'est Solaire Direct qui créait la sensation en proposant un tarif de rachat de 7,49 roupies (10,81 cents au taux du jour !), plus très loin de la parité réseau. Une "réplication" de son accord avec Sorégies pour 120MW en France. Ce tarif représente un discount de plus de 50% du tarif proposé par le gouvernement indien dans le cadre de la 2ème tranche de la première phase de sa solar mission. Au total, cette phase aura permis l'accréditation de 57 projets pour 500MW de projets photovoltaiques, pour plus de 70% au Rajasthan. Une étape importante de la feuille de route qui prévoit 20GW de solaire connecté en Inde en 2022. Et dans laquelle ce sont à présent deux IPP français qui ont été retenus. Solaire Direct, donc, mais aussi Fonroche, qui obtient un projet de 20MW au Rajasthan. EAI a publié une analyse assez complète de cette première phase. Et la presse quotidienne s'en fait l'écho, par exemple ici.

Le moindre des impacts étant qu'enfin la France apparaît comme un pays dans lequel des ressources existent en matière de solaire. Espérons que cela se traduira par un plus grand intérêt entre industriels indiens et industriels français sur cette filière. Les annonces de Pierre Lelouche vont dans le bon sens, mais demandent maintenant à être converties en projets concrets.

Surtout, la question de la relation technologique entre la R et D française et le marché indien mérite d'être creusée, comme le propose Le Monde en conclusion de son article. Les produits et process français sont souvent perçus comme trop chers, peu adaptés. Au delà de ces récents succès commerciaux, l'enjeu pour la recherche et l'innovation française la capacité à se saisir de la frugalité nécessaire à la pénétration du marché indien représente l'un des thèmes les plus passionnants du moment ! Le Nouvel Economiste publiait un papier assez complet sur ce thème récemment.

Quelques ressources

En intro, un nouveau petit cocorico pour Legrand qui rachète l'activité UPS de Numeric, l'un des leaders indiens du domaine. Ce dernier se concentrera dorénavant sur ses activités solaires. A lire par exemple sur le merveilleux Panchabuta.

Et quelques ressources pour bien démarrer l'année, à l'occasion de la sortie du Global Innovation Index de 2011. L'Inde est la première de la zone Asie du Sud, mais en... 62eme position dans le monde. Il n'en reste pas moins que page 77 un long article est consacré à la reverse innovation et à l'innovation frugale. Peu d'imagination dans les exemples cités, qui sont les mêmes depuis longtemps. ICT, Shakti, SELCO dans le solaire... et TATA pour sa NANO. Il n'en reste pas moins que cet article offre un bon résumé, théorique. Pour les passionnés, le bureau d'étude spécialisé dans le marketing rural indien, MART, propose une intéressante sélection de papiers sur le sujet de l'inclusive marketing (où comment rendre les clients producteurs) et du jungaad ! Les grands fans achèteront même la 2eme édition de la référence en la matière, Rural Marketing, publiée ce mois-ci. 

Okhla

Le petit "landerneau" du waste to energy en Inde ne parle que de ça. Les médias généralistes se font eux plutôt l'écho des contestations populaires et environnementales. Les tenants de la méthanisation y voient une nouvelle preuve que l'incinération des déchets est une catastrophe écologique et ne résout rien en profondeur. Les partisans pragmatiques de l'incinération espèrent démontrer que l'Inde est capable elle aussi de générer du courant en brulant ses déchets ! Nous mêmes nous en faisions l'écho la semaine dernière !

Et pour cause... Fin 2011, à Oklha, près de la capitale indienne, la première "vraie" centrale de waste to energy indienne à partir de déchets municipaux devrait voir le jour. Un peu moins de 1000 centrales de waste to energy utilisent les déchets municipaux dans le monde. En Inde, on en compte 8, pour une puissance installée de... 22,5MW !  Cette capacité pourrait être doublé par le projet de Okhla, qui rentrera dans la liste des 10 plus gros projets asiatiques.

 

Lire la suite : Okhla