EXIM, un modèle à suivre ?

 

Faisons un rêve. Une banque publique de soutien à l’export qui croirait au développement du renouvelable en Inde, et qui octroierait pour près de 1 milliard de dollar de crédit à des opérateurs pour soutenir leurs achats de composants nationaux dans leur attaque du marché solaire indien.

 

Lire la suite : EXIM, un modèle à suivre ?

Une thèse sur l'électrification des zones rurales indiennes

Aneri Patel a passé 1 an en Inde, auprès d'une ONG de microfinance, AVAG, avant de rejoindre la très intéressante Alliance pour l'Electrification Rurale et de finalement se retrouver en Uganda à travailler sur les crédits carbone. Parcours typique de cette nouvelle génération de professionnels internationaux du développement durable !

Elle a profité de son séjour en Inde du Sud pour jeter un oeil et coucher sur papier ses observations sur l'usage des énergies renouvelables en Inde dans le monde rural. Un document assez complet présentant les grandes tendances et 2 expériences régionales d'implémentation d'éoliennes au Tamil Nadu, et de panneaux solaires au West Bengal. A télécharger et lire ici...... 

Un résumé est disponible sur le site de Changents 

Schneider en Inde

Schneider Electric, l'un des principaux équipementiers électriques, poursuit sa croissance en Inde (cf par exemple ici). Dans le cadre de sa stratégie d'acquisition de PME, Il vient de racheter Luminous Power (170 millions de CA), l'un des leaders des onduleurs et systèmes de stockage en Inde.

Schneider annonce une croissance de 20% sur un marché global de 800 million d'euros. Il dispose aujourd'hui de 31 usines et 900 ingénieurs en Inde, et contribue au CA du groupe à hauteur de 3.5%

Business Standard propose une interview intéressante d'Olivier Blum, MD Inde, sur la stratégie de Schneider en Inde. L'amélioration des infrastructures et le développement des énergies renouvelables ne suffiront pas à surmonter l'écart croissant entre l'offre et la demande d'énergie. Dans ce cadre, Schneider se positionne sur des offres d'automatisation, d'efficacité énergétique et globalement de gestion efficace des équipements électriques. Une preuve comme une autre qu'en Inde en particulier, le combat pour l'accès à l'énergie se gagnera du côté de l'offre comme du côté de la demande.

KAL

Jean Joseph Boillot, brilliant fondateur et animateur de l’EIEBG, très bon connoisseur de l’Inde, publie aujourd’hui avec sa fille Flora, aux editions Buchet Chastel, KAL, “un abécédaire de l’Inde moderne”, qui offre 85 entrées pour se repérer dans la complexité de ce pays. On attend les entrées “énergie” et “développement durable” pour le tome 2, et on recommande pour ce premier tome la lecture des excellents chapitres sur le cheval et l’éléphant.

L’excellente idée vient de la combinaison d’une lecture sociologique avec une approche culturelle et artistique.

Le green building, 40 fois plus qu'en 2003

Depuis 2003, le nombre de metre carres relevant du green building a ete multiplie par 40, pour atteindre aujourd'hui plus de 200 million de metres carres avec 1 050 batiments enregistres et 146 certifies. Cette croissance est tiree par deux labels. GRIHA d'un cote, qui est le resultat d'une  indianisation par le centre de recherche TERI des labels internationaux, et qui est aujourd'hui la grille de reference du ministere des energies renouvelables (MNRE). IGBC (Indian Green Building Center) de l'autre, une branche de la puissante confederation des industries indiennes specialisee dans le green building.  

 

Typiquement, un batiment de type Green buildings economise de 40 a 50% d'energie et de 20 a 30% d'eau. En Inde, le surcout est estime de 5 a 8% pour un label platinum, recouvres en 3 a 4 ans.

 

Raghupathy, responsable du IGBC, l'affirme, Plus de 80% du marche reste a construire, et c'est un marche de 100 milliards de dollar qui est a capture par les PME proposant conseil et equipements!

 

A lire dans le Business Standard du 25 avril